semaine_italienne

Je vais vous raconter notre transfert de Rome à Salerne d'il y a 3 semaines.

On devait se rendre à Salerne en partant de Rome. 2 solutions : La voiture ou le train...Le calcul était vite fait le moins cher est toujours le train...Nous nous rendons la veille de notre départ pour le sud, à la gare Termini de Rome...Une gare immense qui est également un centre commercial sur 2 niveaux et d'où partent également bus et métro...Immense je vous dit...

Réduction de budjet oblige, il ne reste qu'un guichet "humain", le reste ce sont des bornes automatiques...Incroyable ! Des rangées et des rangées de bornes automatiques ! Des bornes à n'en plus finir....Bref on avait l'embarras du choix. Nous voilà donc en train de pianoter sur l'écran tactile.

2 billets pour Rome Salerne. BIP ! Date ? euh demain à partir de 12H. BIP 12h35 ? Ok on prend...BIP ! Ah pour ces trains la réservation est obligatoire et il faut donc choisir ses places...BIP Ok, alors voici les sièges...hmm hmm, tant qu'à faire on prend 2 places côte à côte non ? Logique. Click click..BIP..Ok on attend nos tickets après avoir payé....Les tickets sortent...On vérifie et là déjà ça s'annonçait bien...Luciana Provenzano carrosse 4 No 38 et Frédéric Kosicki carosse 5 No 55 ! Ouaw !!!! Quelle efficacité dans l'attribution des places !! Plus loin c'était pas possible ? Bah, ce n'est pas grave on se mettra quand même côte à côte à d'autres sièges, on demandera aux gens de bouger et si bien le train ne sera certainement pas plein...

Le lendemain arrive. On achète les sandwichs pour le voyage et embarquons sur le train qui attendait en gare. On se place donc aux 2 premières places libres du carrosse 5. On bavarde, on rigole..Un monsieur arrive..."Euh scusez, vous êtes assis à ma place"...Et M____ !  On doit déjà bouger...Pffff ok on se déplace. On se met un rang plus loin. Et là, on attend fébrilement que le train parte car plus les minutes avançaient plus les gens montaient à bord !! Le train allait être complet !! Merdasse. Et nous qui sommes assis à des places attribués à d'autres.....Les minutes s'égrainent et un mouvement se fait sentir...Ouf on part...

On sort alors les casse-croûtes, les chips, c'est la fête car nous sommes tranquilles jusqu'au moins le prochain arrêt. Quelques minutes plus tard, le contrôleur passe pour pointer. Luciana en profite pour lui poser la question de comment se faisait-il qu'en achetant 2 billets côte à côte, on se retrouvait avec des places diamétralement opposé. L'autre monte de suite sur ses grands chevaux (ceux là même qu'on a retrouvé ensuite dans les lasagnes) et commence à gueuler ! "Mais c'est comme ça ! C'est l'informatique ! Si vous ne les avez pas acheté en même temps..." "Si, répond Luciana, on les a acheté en même temps et nous a sortis 2 numéros différents" "- Oui mais si en même temps, quelqu'un à Milan achète un billet entre le moment où vous choisissez vous-même vos places, il s'intercale et c'est tout ! dit le contrôleur" Luciana commençait à s'échauffer également.." ça n'a rien à voir, moi Je travaille pour Bombardier qui fabrique les trains, une chose comme est normalement impossible pour un logiciel de réservation.." ça commençait à monter dans la rame....Tout le monde qui nous regardait. Puis le contrôleur a dû nous traiter de pleins de noms sympathiques intérieurement et à continuer son chemin.."C'est comme ça que ça fonctionne point.."dit-il en passant aux autres voyageurs... Le voyage démarrait sous de bons offices ! et on allait être gâté.

Les sandwichs sont passés comme des lettres à la poste, quand un monsieur passe à côté de nous en parlant très fort au téléphone, limite en criant. " Pronto (allo en français) vous m'entendez ?....(Plus fort) PRONTO ! Vous m'entendez ?. L'homme se dirige vers les toilettes et réessaye d'appeler quelqu'un. Visiblement le réseau GSM n'était pas très bon. Finalement après plusieurs PRONTO Vous m'entendez ? Il arrive à joindre quelqu'un. Comme il se trouve pas loin de nos places et qu'il parle si fort, on a entendu la conversation :

"PRONTO vous m'entendez ?...Oui ? Ok. Je vous explique, envoyez une ambulance de suite à la gare, ma femme ne se sent pas bien...Nous sommes sur le train de Rome et nous arrivons à....Latina. Envoyez une ambulance ! Ma femme a été opéré hier de la tyroïde...Je suis confrère, je suis médecin aussi...donc elle a été opéré hier et....Prenez également avec vous des cachets de calcium (NDLR ou un truc comme ça ) OK ? On arrive, je crois...Dépêchez vous." Et il raccroche.

Bravo pour un "confrère" ! Ta femme se fait opérer la veille et tu prends le train le lendemain ? Pas mal du tout..T'as même pas prévu de cachetons (super important pour cette patologie) ? Fort, très fort. Et en plus t'appelles le SAMU ? Félicitations ! Avec un médecin comme ça c'est direction la tombe directe n'est-ce pas ?

Le train arrive en gare. S'arrête. Le monsieur médecin à 2 balles et sa femme descendent. D'autres personnes montent et cherchent leurs places. Tu entends dans la rame les sempiternelles : "Euh Scusi, vous êtes assis à ma place.." Puis, des infirmiers arrivent avec tout leur attirail. Bombonne d'oxygène, civière etc....Et commence à chercher la personne quasi morte qui avait été décrite par téléphone. Et vas-y que je passe et repasse et repasse encore....Plus de traces de cette femme, forcément elle est descendue du train..."Oui, oui" disent les secouristes.aux voyageurs qui tentaient de leur expliquer le pourquoi et comment de cette absence, et recommencent leurs investigations. S'ils n'ont pas fait 5 fois le train entier, ils ne l'ont jamais fait. Au final, ils se sont résignés à croire tous les voyageurs qui disaient que la mourrante était descendue avant leur arrivée et sont descendus à leur tour. Bilan : 25 mn de retard sur le trajet. Ben merci !

On repart. On se laisse bercer par le rythme et on somnole. Le vendeur d'eau, sandwichs et autres chocolats de Trenitalia (sncf italien) fait l'aller et retour depuis notre départ de Rome. Tout était tranquille. Mais....à un moment donné, une femme voulant aller aux toilettes s'inquiétait que la porte soit toujours fermée. Elle va aux toilettes de l'autre rame. Puis c'est une 2ème qui fait la même remarque mais celle-ci va voir le contrôleur, le même du début de l'histoire. Le contrôleur se place alors devant les toilettes et frappe à la porte : TOC TOC ! pas de réponse. Il campe alors devant et attend quelques minutes. Recogne, TOC TOC, personne de répond. Il prend alors son passe-partout et ouvre les toilettes. Là 2 gars, clandestins, s'étaient fourrés, profitant du bazar provoqué par les secours pendant l'arrêt précédent. Hoplà, un autre collègue contrôleur arrive et je crois qu'au final les mecs ont payé leurs places....Pfff ça n'arrête pas dans ce train, pas moyen de dormir tranquille.

Enfin, le train continue son voyage. On s'arrête à une nouvelle gare. Des gens descendent et d'autres montent encore..."Scusi, vous êtes assis à ma place.." Franchement le service de réservation des places à Trenitalia est un fiasco pur et simple. Autant rien faire non ? Le train se remet en branle, on repart....Là, pendant le trajet un gars passe avec des sandwichs, de l'eau ou autre chocolat. Mais ce n'est pas le vendeur de tout à l'heure. Non, pas du tout, il n'a pas le costume de la ferrovière, il est habillé normal, jeans, pull, blouson et avec son accent du sud il propose les mêmes choses et certainement moins cher que l'officiel... Je réveille Luciana qui s'était endormie et lui montre le zouave...Elle me répond bienvenue à Naples ! Système démerde ! Effectivement, car jusqu'à notre arrivée à Salerne, 2 autres gars qui proposaient également des sandwichs (sûrement préparés par leurs femmes le matin même), de l'eau et autre chocolat, se sont relayés....Comme quoi tout le monde a le droit de gagner sa croûte non ?

Au final, nous sommes arrivés avec presque 40 mn de retard sur l'horaire. Mais ça ne nous a pas dérangé car on a bien rigolé et j'ai pû voir pour la première fois de ma vie, le Vésuve tout enneigé à son sommet.

Fred ( Federico en italiano)