Connaissez-vous le Welsh ? C’est un plat que l’on trouve dans tous les bons estaminets des Flandres. La recette est assez simple : Prenez une bonne tranche de pain que vous tartinez avec de la moutarde. Vous la placez dans un ramequin. Vous y ajouter une tranche de bon jambon (merci Joël de m'avoir alerté de cet oubli GRAVISSIME). Vous prenez une casserole, vous y mettez un bon verre de bière belge (une chimay fera l’affaire), et ensuite à feu doux vous plonger du cheddar tout doucement et vous tournez toujours avec une cuillère. Quand tout le cheddar a fondu dans la bière vous remplissez le ramequin, vous l’enfournez pour quelques minutes et quand c’est bien chaud vous le servez avec un œuf dessus et des frites. Miam-miam.

Bon ce n’est pas un plat pour femme au régime, mais en hiver ça cale bien l’estomac. Vaut mieux donc le manger à midi. Et figurez-vous les amis qu’au supermarché du coin ils vendent du cheddar et déjà coupé s’il vous plaît !! C’est pour cela que dimanche 19 février, le welsh est prévu comme repas du midi. Cela faisait 1 semaine qu’on en parlait avec Luciana. « Dimanche c’est régalade avec un bon welsh….. »

Samedi soir, donc, nous partons acheter du cheddar au magasin ICA en bas de chez nous. Le temps était plutôt mauvais. Il avait neigé toute la journée, et la neige avait fait place à la pluie. Nous arrivons à ICA, rayon fromage. Et là PLUS de Cheddar ! pas un seul paquet. Déception, colère supplantent les cris de nos artères soulagées de ne pas voir passer autant de graisse en si peu de temps. Bah, pas grave je reviendrais demain matin.

Dimanche matin arrive. Comme le magasin ouvre ses portes à 10h, je décide d’y aller dès l’ouverture au cas où il n’y en aurait pas et qu’il me faudrait chercher le précieux fromage dans d’autres supermarchés. Je sors de notre bâtiment et …………..Hop pla pla pla pla punaise ça glisse comme sur une patinoire…..La pluie tombée la nuit a créé une pellicule de glace sur la neige et bonjour l’équilibre. Faire demi-tour ? ça m’a traversé l’esprit mais comme je suis un peu gourmand je décide de braver les éléments. Après 15mn de march…euh de glissade, après avoir évité 5-6 chutes in extremis, j’arrive à ICA (3mn en tant normal). J’arrive au rayon fromage…Bouh…pas de cheddar…Merci patron ! Je sors et je décide d’en trouver autre part….Eh eh ben non ça glisse trop, déjà rentrer à l’appart en entier sera un exploit. Je rentre, donc.

On décide donc de manger autre chose à midi. Mais je n’ai pas dit mon dernier mot. Sur les coups de 16h, on décide d’aller se balader. La glace commence à fondre et nous sommes équipés de bâtons de marche nordique acquis la veille. Nous vlà parti pour une balade. Au bout de quelques minutes, la neige refait son apparition..Je vous dis, un temps de Mer… ! On marche, on marche avec nos beaux bâtons tout neufs, et 1 et 2 et 1 et 2…Tiens un Netto… « Chérie ne bouge pas je vais voir si à tout hasard ils ne vendent pas de cheddar. On ne va pas le manger ce soir.. Mais comme ça on l’aura pour le week-end prochain. »

Je ressors 2 minutes plus tard…pas de cheddar. Allez, on continue par-là, on passe sous un pont. Après 1km, Oh ! un autre magasin ICA. La neige redoublait d’intensité…« Chérie ne bouge pas je vais voir si à tout hasard ils ne vendent pas de cheddar. On ne va pas le manger ce soir… Mais comme ça on l’aura pour le week-end prochain. »  Même résultat. Pas de cheddar. Mais qu’est-ce qu’ils en ont fait bon sang de bonsoir….On continue notre marche…Après n’avoir croisé personne, car ça devenait vraiment une tempête de neige, nous arrivons à un autre magasin encore, un Emköp… «- Chérie ne….. 

 -OUI je sais, tu vas voir si’il y a du cheddar 

Oui c’est exactement ça… »

J’arrive au rayon fromage et EUREKA du cheddar !!! Youpi youpi yeah , je fais le tour du magasin en sautant avec une main dans le dos et en chantant « born to be alive ». Je prends le sachet, et DAMNED le cheddar n’est bon que jusqu’au 23 février. Mais c’est pas vrai…samedi on sera le..le..25..ARGHHH…fait chier ! (oui je sais les gros mots c’est pas beau, mais là ça m’a énervé)

Je ressors sacrément déçu. Luciana me demande « Alors ? y’en a pas ? 

-si, mais..non. Allez on rentre à la maison »

Et on est reparti clopin-clopan avec nos bâtons. Il neigeait fort et de face…tout dans la gueule. Quelle belle balade.

A suivre…..

Fred

welsch